"Dans actualité CGT à TCAR"

  Courrier au Président de la Métropôle

le 10 Décembre 2014, Alarme Sociale

 TENUE DES RÉUNIONS

Rouen, le 10 Décembre 2014.

Suite aux difficultés rencontrées aujourd’hui par les Conducteurs pour obtenir leurs congés, nous avons décidé de faire la démonstration qu’il y avait un réel problème de fonctionnement.

Nous n’avons pas voulu pour cela prendre l’exemple d’un conducteur lambda, mais celui d’un délégué.

Ce problème concerne pourtant l’ensemble des conducteurs.

Pour Monsieur MARINI, délégué CGT, la Direction n’a pas voulu entendre nos arguments qui sont pourtant pertinents. Elle l’a sanctionné d’une journée d’absence injustifiée et lui a retiré 7h60 de son salaire du mois de Novembre.

Monsieur FRANC peut écrire sur INTRANET « notre refus obstiné de voir l’un de nos membres être sanctionné et aussi faire référence à notre mécontentement sur la politique en matière d’inaptitude» tout le monde doit être conscient que le problème n’est pas là.

C’est toute la politique économique et sociale, que la Direction veut mettre en place, qu’il faut revoir !!

Le paquet social souhaité par Monsieur FRANC n’est pas mis en place pour régler ces types de problèmes. Il veut le mettre en place uniquement pour réaliser des économies en interne.

Aujourd’hui, pour la direction, un mauvais soldat est un salarié malade.

INAPTITUDE = LICENCIEMENT            MALADIE = LICENCIEMENT.

Monsieur FRANC a beau appeler l’ensemble des Salariés à avoir du bon sens et à leur demander leur soutien unanime, il faut qu’il sache que personne n’est dupe. Tout le monde a bien compris que pour le relèvement économique de l’entreprise et pour le renouveau social, c’est nous tous qui allons payer toutes les erreurs de gestion qu’il a commises.

Pour notre part, nous n’avons jamais fui nos responsabilités, il est grand temps pour lui d’accepter les siennes.

Nous l’avons écrit les Salariés ne sont pas responsables de cette situation.

Nous déposons, ce jour, une alarme sociale afin de tenter de débloquer cette situation.      

  *****************

Rouen, le 4 Novembre 2014

 

LA DIRECTION MET  EN PLACE

L’ÉRADICATION DES INAPTES

 Attention danger, la direction a décidé de régler les problèmes des inaptes. Pas en recherchant des solutions en interne ou en externe mais en se débarrassant des salariés avec les indemnités légales.

Quel que soit l'ancienneté des salariés qui sont déclarés inaptes définitifs à leur poste de travail, la procédure est la même pour tout le monde.

L'Entreprise fait un simulacre de recherches de poste en interne et en externe, réunie les délégués du personnel pour les personnes étant inaptes, suite à un accident du travail ou une maladie professionnelle, pour recueillir l'avis sur d'éventuels postes de reclassement et pour savoir si nous avons des propositions à faire.

La réalité, c'est que la Direction tente de faire croire qu'elle respecte ses obligations en matière de recherches de poste, mais en fait elle sait depuis le début que cela se terminera par un licenciement.

Ce manque de respect du personnel est à vomir. Dans pratiquement tous les cas, l'inaptitude est liée à l'activité professionnelle des salariés.

Drôle de manière de remercier les salariés pour bons et loyaux services, aucun scrupule, aucune compassion. Vive la politique du kleenex, à qui le tour demain......... L'inaptitude peut arriver à chacun d'entre nous, il faut en être conscient.

Si cette nouvelle politique désastreuse est liée à la gestion économique catastrophique de l'entreprise, c'est la Direction qui en est responsable mais ce sont les salariés qui vont payer la casse. Cela ne présage rien de bon pour les futures négociations sur le paquet social.

Pour notre part, cette situation est inacceptable. Il va falloir que chacun soit déterminé pour défendre les acquis si durement obtenus.

Pour garantir l'avenir, il faudra se faire entendre. Il n'y aura que dans l'unité que nous pourrons sauvegarder nos accords et obtenir des avancées en matière de salaire et d'amélioration des conditions de travail.

Il faut que nous retrouvions rapidement une Entreprise à dimension humaine. Dans l'armée, on ne laisse pas les blessés à terre, à la TCAR oui.

A vous de juger.

Le bureau CGT TCAR.