CGT Retraité TCAR

 

L’Union Fédérale des Retraités des Transports CGT s’adresse à ses retraités (es) syndiqués (es)


En France la situation sociale des salariés, des privés d’emploi et des retraités ne fait que se détériorer et le patronat continue à vouloir imposer dans les négociations, ses propositions inacceptables : le coût du travail, les délocalisations, l’utilisation de l’argent public, les plans de licenciement, en cours et ceux qui ont été reportés après les actions, comme ARCELORMITTAL, PSA, Air France avec le Plan Transform 2015,Novatrans... et le chômage au bout pour des milliers de salariés.

Chacun peut également mesurer à quel point le démantèlement des services publics (ce que nous appelons les droits fondamentaux) est synonyme de régression dans la possibilité d’accéder à ses droits. Cette casse est le produit de la désorganisation ultralibérale de notre économie, une vision à court terme qui ne répond pas plus aux besoins des salariés, des 3 millions de chômeurs dépassé officiellement début septembre, quà celui des retraités. Seule compte la rentabilité des portefeuilles d’actions, à l’opposé du progrès social et de l’intérêt collectif.

Le succès des manifestations du 9 octobre 2012, organisées par la CGT, ayant rassemblé 90.000 manifestants dont un nombre important de retraités, tant à Paris que dans les principales villes de France, pour réclamer une véritable politique industrielle créatrice d’emplois qualifiés et pérennes.

En tant que retraités syndiqués, nous devons convaincre les retraités que nous côtoyons, que nous sommes concernés par cette situation économique : baisse des salaires et licenciements = baisse du salaire socialisé = protection sociale en régression. Le combat des salariés est le nôtre : cette spécificité valide l’utilité de notre syndicalisme retraité.

Nous retraités, nous ne sommes pas épargnés par cette course effrénée à la rentabilité financière. Si les revenus des retraités et des personnes âgées ont progressé au cours de la deuxième moitié du XXème siècle, ils n’ont cessé de décroître au cours des années 1993, 2003 et 2010, et les perspectives qui se dessinent aujourd’hui ne vont pas inverser cette régression.

Des retraités et des personnes âgées redeviennent un public pour les associations caritatives et les acteurs de l’urgence sociale. Au cours de ce dernier trimestre 2012, beaucoup de choses ont été dites, écrites sur les premières postures et mesures du gouvernement Ayrault. Les attentes sont fortes, l’impatience se fait sentir. 6 mois après l’élection présidentielle qui nous a annoncé " le changement" pour maintenant !!!, le gouvernement doit, maintenant apporter rapidement des réponses concrètes à nos revendications.

Le 11 octobre 2012 a marqué une étape importante dans la mobilisation des retraités. Plusieurs milliers de retraités dont 12000 à Paris, à majorité CGT, sont descendus dans les rues des principales villes de France, dans le cadre d’un appel unitaire.

Partout les mêmes revendications : le pouvoir d’achat, le retour de la revalorisation des retraites au 1er janvier, 300 € de rattrapage immédiat, pas de retraites au-dessous du Smic à 1.700 € pour une carrière complète, une véritable loi sur l’aide à l’autonomie dans le cadre de la Sécurité Sociale, et l’accès aux soins pour les retraités et personnes âgées. On est loin des retraités nantis, présentés dans les médias pour justifier les prélèvements supplémentaires sur nos retraites, sous forme d’impôts ou de taxes diverses. Plus des 2/3 des retraités pourraient être assujettis au prélèvement de 0,30 % dès le 1er avril 2013 (le 0,15 % initialement prévu est retoqué) pour la Contribution Additionnelle de Solidarité (CASA) pour soi- disant financer la perte d’autonomie des personnes âgées, (à noter que cette taxe crée un précédent : le financement de l’aide financière à la perte d’autonomie sortirait du champ de la Sécurité Sociale !).

Nous devons combattre cette taxe-impôt qui ne répond pas à notre revendication. Personne ne comprendrait aujourd’hui, alors que la gauche est au pouvoir partout, que nous abandonnions cette revendication, ainsi que celles relatives à l’augmentation du pouvoir d’achat et de l’accès aux soins, pour tous et partout, sans dépassements d’honoraires. Dépassements qui ont été validés lors de la négociation entre médecins et l’Assurance maladie.

Retraites Complémentaires : prétexant une situation dégradée des régimes de retraites ARRCO et AGIRC, le Medef a proposé et obtenu des organisations syndicales, à l’exception de la CGT, l’ouverture de négociations à compter du 22 novembre. Il entend imposer une revalorisation à minima, voire un gel de celle-ci et de faire passer la pension de réversion à 60 ans au lieu de 55 et à un taux de 54 % au lieu de 60 %.

A la suite de la remise du rapport Gallois:  le gouvernement a décidé d’allouer un crédit d’impôt de 20 milliards sur 3 ans aux employeurs, soit 6 % de cotisations patronales. Pour financer ce cadeau, la TVA passe de 19,60 % à 20 %, celle réduite de 7 % à 10 % et l’Etat va réduire ses dépenses de 10 milliards. Conséquences : baisse du pouvoir d’achat et régression des services publics.

Oui la situation économique et sociale est grave : écouter, informer, consulter est plus que jamais indispensable. Réunissons-nous pour débattre et s’impliquer dans les initiatives nécessaires, notamment en signant et en faisant signer la pétition ci-jointe, laquelle sera remise au ministère concerné.

Nous sommes l’UFRT CGT et elle a besoin de nous et de tous ceux qui pourraient nous rejoindre dès lors qu’on est visible, actif, pour démontrer que le syndicalisme retraité est indispensable à la défense de nos revendications.

Pétition Retraités : http://www.transports.cgt.fr/IMG/pdf_petition_05_11_2012.pdf

à retourner au syndicat CGT de la TCAR : 15 rue de la petite Chartreuse 76000 ROUEN

Jacques CLATOT

Secrétaire de l’UFRT CGT

*****************

 * la loi de Réforme des retraites décriptée :

loi retraite0002.pdf
 

* la retraite complémentaire l'AGIRC et l'ARRCO :

Info retraites compl-mentaires au 12 01 11.pp

retraite complémentaire0001.pdf